mardi 22 octobre 2019

Le lac des 9 couleurs

Aujourd'hui, je vous invite à découvrir un endroit atypique et particulièrement charmant.

Cet endroit c'est le lac des 9 couleurs ...


Ce minuscule lac est situé à l'extrémité sud du Val d'Escreins (dont je vous avais parlé précédemment) et à proximité du Col de Serenne. Ici c'est déjà un peu l'ambiance de haute montagne puisque ce joyau est posé à 2 711 m d'altitude. 

La randonnée en elle même est assez exceptionnelle. Nous avons choisi de partir de Vars en empruntant une piste forestière (assez galère!) pour nous garer ensuite au parking des Couniets...




La rando commence directement sur les crêtes et rejoint ensuite un balcon, avec à la clef une ambiance aérienne et minérale. Ceci sur plusieurs kilomètres ...



Puis c'est l'arrivée au lac et ses imposants blocs de roches dont certains sont teintés de rose...


Cette perle posée au milieu de nulle part est un bonheur pour les amoureux de nature et de tranquillité. Ces reflets changent au fil des heures, d'où son nom.

Pour les plus courageux, un sentier très pentu part directement du lac pour monter au sommet de la pointe de la Mortice soit à 3 169m !

Facile et dépaysante, cette randonnée est incontournable si vous passez du coté de Vars. De plus, vous pourrez cheminer du début à la fin en compagnie de la Barre des Ecrins qui est visible partout et également rencontrer quelques sympathiques marmottes ; )



lundi 21 octobre 2019

Réussir la transition écologique

Il y a onze ans, lorsque nous avons décidé de créer notre association de protection de la nature, nous avons eu pas mal de réactions autour de nous. Et les remarques qui revenaient sans cesse étaient  : "Vous n'aurez jamais les moyens de faire avancer les choses !" ou bien "D'autres associations plus importantes ont déjà du mal à faire changer les mentalités : alors à quoi bon ?" Et comme nous étions   convaincus du bien fondé de notre décision, nous avons passé outre ces avis. Bien nous en a pris car notre association, même si elle reste de taille modeste, a depuis fait son petit bonhomme de chemin. Nettoyages de sites pollués avec à chaque fois plusieurs tonnes de déchets collectés, exposition photographique itinérante qui a fait le tour du pays et depuis quelques années : ateliers récup' et de rempotage de graines mellifères. Nous pouvons être fiers d'avoir réussi à convaincre des centaines d'adultes et d'enfants à faire des efforts pour préserver notre belle nature !

Car agir pour la planète est à la portée de tous. Il faut simplement une bonne dose de motivation et des idées. Et si vous vous demandez comment faire, le livre "Réussir la transition écologique" de Grégory Derville paru chez Terre Vivante saura vous guider efficacement ...


Grace à cet ouvrage, vous comprendrez pourquoi la transition écologique est une nécessité urgente : pic pétrolier, dérèglement climatique, crise de la biodiversité, problématiques sociétales, financières et économiques ... Vous saurez quelle stratégie adopter pour lancer et développer à votre échelle une initiative de transition sur votre territoire, animer un réseau associatif, sensibiliser le public et les élus. Et trouverez aussi pas mal d'exemples et témoignages d'actions faciles ou plus ambitieuses. Repair Cafés, recycleries, magasins coopératifs, jardins d'insertion ... pour chaque type de projet, l'auteur indique en détail la marche à suivre. 

Simple et ludique, ce livre est assurément l'outil indispensable pour vous lancer dans la grande aventure de l'écologie ! 

"Réussir la transition écologique" de Grégory Derville 


mardi 15 octobre 2019

Le lac miroir

Voilà un endroit qui mérite bien son nom !

Situé dans le Parc régional du Queyras, le lac miroir est une véritable merveille ...


Ce lac qui culmine à 2 215 m d'altitude est un bonheur pour les photographes. Niché dans un écrin et cerné par les montagnes, c'est l'un des rares lacs d'altitude qui est bordé par une forêt. Des mélèzes et des sommets qui se reflètent à la perfection sur sa surface limpide. 

Pour cette rando, nous sommes partis du village de Ceillac et avons entamé une longue montée à travers la forêt sur un sentier sinueux et caillouteux. Et plutôt raide car pour rejoindre le lac, c'est environ 500m de dénivelé positif ! Un itinéraire qu'empruntent généralement les randonneurs à la descente après avoir combiné le lac Sainte-Anne et le lac miroir. Faute de temps, nous n'avons pas choisi la facilité ! 

Sur le parcours, j'ai apprécié la séance de brumisation que m'a offerte la cascade de la Pisse ...


Une pause de courte durée avant l'enfer de la montée ; ) Je ne peux m'empêcher de râler contre ceux qui rédigent les topos de randonnées et qui ont la fâcheuse tendance de les noter comme "faciles". Idem pour les accès. Les quelques randonneurs rencontrés sur le chemin étaient tout aussi "défaits" que nous !

Chose indéniable cependant, l'accès au lac se fait à travers une forêt enchanteresse ...


Une fois arrivés, j'ai apprécié de pouvoir soulager mes jambes fourbues en dévalant la pente qui mène sur les rives ...


Nous avons prolongé le plaisir avec un tour du lac ...


Ici, les panoramas sont grandioses ...


Nous sommes repartis à regret de ce lieu et avons retrouvé notre sentier "de l'enfer" et ses 500m de dénivelé.

Cette fois-ci en descente ! Un pur bonheur ; )





lundi 14 octobre 2019

Bulle d'été

Les papillons ont désormais déserté le jardin. L'Argus qui m'a servi de modèle pendant de longues semaines est parti un jour pour ne plus jamais revenir. Quant aux fleurs, quelques cosmos subsistent, par-ci par là, agrémentés d'une nouvelle floraison de la sauge et de la valériane. Tout cela est bien loin de l'effervescence des couleurs des beaux jours ...

Cette époque est souvent synonyme de nostalgie. Celle d'une saison qui part pour laisser place à une autre, beaucoup plus discrète. Une saison lors de laquelle le jardin ne sera plus le centre de toutes les attentions. C'est peu à peu le temps du retour à l'intérieur et l'occasion de se plonger dans de belles lectures pour faire perdurer, l'espace d'un instant, les délices de l'été.

Avec, par exemple, le conte "Bulle d'été" de Florian Pigé paru chez Hong Fei ...


Ce livre pour enfants relate l'histoire sensible et magique d'un garçon pendant ses vacances d'été où le temps est comme suspendu. Livré à lui-même, le héros qui est plein d'imagination, occupe son temps à mille activités ainsi qu'au dessin. L'après-midi, une cape sur le dos, il enfourche son vélo, nourrit tous les chats de la rue et parfois, quand il a de la chance, croise Lily ... Il ne connaît que son prénom. Elle est jolie. Lui, timide.

C'est bientôt la rentrée. Il reste tant à faire : dessiner encore, construire une cabane, observer les étoiles, sourire à Lily...


Ce conte est une belle évocation des émotions enfantines sublimées par les illustrations aux crayons de couleur de Florian Pigé. Les images vous transportent immédiatement dans un monde de douceur où le temps se fige pour laisser place au rêve. Une parenthèse de poésie qui vous permettra de prolonger à chaque lecture les sensations des beaux jours.

"Bulle d'été" de Florian Pigé chez Hong Fei

http://www.hongfei-cultures.com


mardi 8 octobre 2019

Le lac de l'Oronaye et le lac du Roburent

On continue notre tournée des lacs d'altitude avec cette fois une rando qui vous entrainera à la découverte de deux lacs : un en France et l'autre en Italie. Ces deux lacs ont la particularité de pouvoir se découvrir simultanément pour les plus courageux. Une escapade originale qui vous permettra de franchir la frontière à pied !

On commence par le lac de l'Oronaye ...


Situé tout près du Col de Larche, au abords du Mercantour et donc de la frontière italienne, ce lac qui miroite à plus de 2 400m d'altitude se mérite. Au parking, vous êtes directement mis dans le bain avec une montée assez raide qui pourrait en décourager plus d'un ! 

Cependant, le panorama est déjà grandiose et fait vite oublier les efforts ...


Partout, les marmottes vous accompagnent et ne se lassent pas de vous observer ...


Avec en toile de fond, les troupeaux de brebis et les nombreux vautours. Sans oublier les chamois !

Puis, le lac se dessine enfin à l'horizon. J'ai beaucoup apprécié de laisser la montée derrière moi et de pouvoir enfin rejoindre d'un pas plus enlevé ses rives ...


Des rives où les roches se reflètent dans une eau pure et cristalline...


Le lac de l'Oronaye est situé dans un ancien vallon glaciaire entouré de sommets. Et se retrouver au milieu de cette nature sauvage et préservée vous reconnecte immédiatement aux éléments. Ce qui provoque une intense sentiment d'apaisement.

Après avoir contourné le lac, une montée vous entraine tout droit à la frontière et sur un sentier qui vous offrira après environ une heure de marche le plus beau des spectacles : le lac de Roburent ...


Dessiné en forme de coeur, ce lac qui culmine également à près de 2 400 m est le plus sauvage. Cela fait deux fois que nous nous y rendons et il est toujours autant déserté. Si vous souhaitez vous immerger dans un nature préservée à l'abris des regards, c'est "le spot" !

Je ne me lasse jamais de contempler mes chères montagnes du Piémont ...


"Grandiose" est de loin le terme qui pourrait qualifier cet endroit.

Comme vous pouvez le constater, cette rando vous permet de découvrir deux des plus beaux lacs de Haute-Ubaye.

C'est de loin la randonnée idéale pour tous les amoureux de grands espaces et de nature !

lundi 30 septembre 2019

Le lac d'Allos par le Col de l'Encombrette

Pour cette nouvelle rando, je vous invite dans le Parc National du Mercantour à la découverte d'un véritable joyau : le lac d'Allos ...


Niché dans un écrin à 2228 m d'altitude, ce lac naturel est le plus grand d'Europe.

Son accès est assez facile puisque le chemin qui accède au lac ressemble plus à une balade qu'à une véritable rando. Ce chemin est bordé partout par de superbes panorama ...


Les amateurs de randonnée pure et dure pourront s'échapper sans problème car de nombreuses variantes sont proposées tout au long de la montée. Notamment celle de surplomber le lac en prenant la direction du Col de l'Encombrette. Ce qui est pour moi la meilleure façon de profiter du panorama et d'admirer le lac dans son intégralité.

C'est évidement ce que nous avons fait, étant donné que nous connaissions déjà la balade un peu trop fréquentée qui mène sur ses rives. Et bien nous en a pris car l'accès au Col se fait dans une ambiance très montagnarde où seuls les chants des oiseaux et les sifflements des marmottes se font entendre.

Les paysages sont extraordinaires : notamment lorsque le lac d'Allos commence à se dévoiler en contre-bas ...


Sur les crêtes, il n'est pas rare d'apercevoir des chamois ...


L'arrivée au sommet est spectaculaire : le cirque de l'Encombrette apparait avec ses lacs bordés de pelouses alpines...


Perchés sur un piton rocheux, nous sommes restés un long moment à admirer ce panorama vertigineux.
J'étais tellement saisie par la beauté grandiose de ce site que je n'ai pas pu m'empêcher de penser à une réplique du héros de la fiction Alex Hugo : "En bas la vie me heurte. Il n'y a qu'ici que je me sens bien...". Une réplique qui a pris ici toute sa dimension.

J'ai quitté à regret mon perchoir pour un autre panorama tout aussi saisissant : celui du lac d'Allos ...


Un lac que nous avons finalement rejoint en empruntant un sentier situé dans le territoire des marmottes ...


Gros coup de coeur pour cette beauté qui a été un modèle de patience et qui a su prendre les poses dont je rêvais !

D'ailleurs, je consacrerai bientôt un post entier à cet animal si attachant qui est devenu au fil de mes escapades mon animal sauvage favori ; )

vendredi 27 septembre 2019

La sarriette, l'amie des butineurs

Depuis plusieurs semaines, dans le jardin, c'est la pleine floraison de la sarriette. Alors que la plupart des plantes en ont terminé avec les fleurs, c'est une véritable aubaine pour les butineurs ...


Cet Argus Bleu est l'un des plus fidèles. Il vient chaque jour aux mêmes heures pour faire son plein de nectar. Ce qui me permet de pouvoir l'admirer et le photographier. En plus, il est du genre très sympa ! 

La sarriette est une plante mellifère de la famille des Lamiacées qui fleurit longtemps. Très rustique, elle pousse également à l'état sauvage dans la garrigue. En Provence on la surnomme "Pèbre d'Ai" et de nombreuses personnes la ramassent pour parfumer les fromages de chèvre ou pour faire des tisanes. C'est une alliée du système digestif qui entre également dans la composition des herbes de Provence. 

Ses feuilles sont très odorantes, personnellement j'adore les froisser entre les doigts ! Et lorsqu'elle fleurit, elle se pare d'une multitude de petites fleurs roses et blanches qui font le régal des abeilles, des bourdons et des papillons. 

De plus, son entretien est très facile car elle aurait plutôt tendance à coloniser toute seule les talus.  Et à réclamer aussi très peu d'arrosage. 

Aromatique, médicinale, condimentaire et mellifère : la sarriette est une plante à avoir absolument dans son jardin !